De la peur à l’amour : les deux facettes d’une seule et même pièce

Depuis quelques jours, je me questionne sur le sens de nos peurs, de nos inquiétudes.

Pourquoi sont-elles présentes ? Que se cache-t-il en dessous ? Peut-on s’en libérer ?

Pour ma part, j’ai pu remarquer que certaines de mes peurs/inquiétudes sont récurrentes mais ne se manifestent pas de la même manière à mesure que j’évolue.

C’est un peu comme si la racine était la même mais qu’elle donnait naissance à des fleurs différentes.

Tout ce qui apparaît en surface a une racine qui est cachée en profondeur.

Si vous voulez qu’une plante ne pousse plus dans votre jardin par exemple, couper la partie visible de cette plante ne la fait pas disparaître pour autant car la racine, lorsqu’elle sera suffisamment forte, va redonner naissance à cette même plante quelques temps plus tard. En revanche, si l’on va creuser jusqu’à la racine, elle ne poussera plus.

Je pense que l’on fait souvent ça, on balaye ce qui nous embête en surface sans aller chercher la cause en profondeur.

Ce qui peut être intéressant, c’est d’aller questionner nos peurs.

Quels besoins mettent-elles en lumière ?

Parce que derrière nos peurs, se cachent de grands trésors !

On ne cherche pas à les détruire mais à les comprendre et à s’offrir de la bienveillance dans cette étape.

Pour moi, nos peurs sont synonymes de sorties de nos zones de confort donc de ce que l’on connait.

Il est bien évidemment possible d’élargir cette zone mais attention à y aller par étapes pour ne pas renforcer la croyance que sortir de ce que l’on connait, c’est difficile et désagréable voire même dangereux !

En y allant par étapes, on va pouvoir apprendre de nouvelles choses, de nouvelles manières de faire, d’être, et petit à petit, on va élargir notre bulle et notre champ des possibles.

Je pense maintenant à cette phrase que j’ai déjà entendue plusieurs fois autour de moi : «  Soit on est dans la peur, soit on est dans l’amour ».

Je pense que la peur et l’amour ne sont pas opposés mais au contraire les deux faces d’une seule et même pièce. Il existe un pont qui les relie. La peur nous amène à l’amour.

Avec amour

Élodie

De la peur à l'amour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ipsum neque. ut pulvinar Aliquam at et,